Partager

L'eau qui nous transporte

L'eau qui nous transporte

– Un bateau, ça flotte, dit Ondine, concentrée.
– Et un avion, ça vole, répond Walter, en imitant l’allure sérieuse d’Ondine.
– Et si les bateaux ne flottaient pas, si les avions ne volaient pas, on resterait tous chacun sur notre continent. Les Asiatiques en Asie, les Africains en Afrique, les Américains en Amérique…
– … du Sud et du Nord, précise Walter.
– Et tous ceux qui habitent des iles ! fait Ondine. Les Japonais, les Hawaïens, les Néo-Zélandais…
– On ne pourrait même pas traverser entre Québec et Lévis, ni même entre Montréal et Longueuil ! s’exclame Walter. Il faudrait le faire à la nage.
– Qu’est-ce que tu racontes ? Il y a des ponts entre ces villes-là, rétorque Ondine.
– Oui, mais avant, il n’y en avait pas. Il n’y avait que l’hiver où l’on pouvait traverser sans bateau, précise Walter.
– Comment ça, l’hiver ?
– Mais oui ! La surface du fleuve était gelée, ajoute Walter. On traversait sur un pont de glace !
– Tu sais, l’eau n’a pas besoin d’être gelée pour être forte, renchérit Ondine. Ça supporte les bateaux les plus gros.
– Et en même temps, on ne peut pas la retenir entre nos doigts.
– Savais-tu que le plus gros bateau du monde peut transporter 16 000 conteneurs ? Un conteneur, c’est à peu près aussi gros qu’un autobus !
– En tout cas, précise Walter, une chose est certaine, ça ne pourrait pas entrer dans un avion !
– Heureusement qu’il y a les bateaux…
– … et de l’eau pour qu’ils flottent !

L’EAU ET LE TRANSPORT

  • L’eau a permis aux êtres humains d’explorer la planète. Vasco de Gama, Christophe Colomb, Amerigo Vespucci, Jacques Cartier, Samuel de Champlain et bien d’autres explorateurs ont bravé les océans sur leurs bateaux pour découvrir de nouvelles terres. Ils ont ainsi rapporté en Europe de nombreux produits jusqu’alors inconnus des Européens.
  • Plus récemment, du 6 juillet au 12 novembre 2013, la Québécoise Mylène Paquette réussissait l’exploit de traverser, seule et à la rame, l’océan Atlantique en entier ! Elle est partie d’Halifax (Canada) et est arrivée 129 jours plus tard à Lorient (France). Elle a été la première Nord-Américaine à franchir ainsi l’océan. Quelle réussite extraordinaire !
  • C’est par la mer qu’on transporte le plus grand volume de marchandises à travers le monde. On peut donc dire que le transport maritime est la colonne vertébrale du commerce international. Et tout ça grâce aux mastodontes des mers que sont les porteconteneurs !
  • Le transport des marchandises est moins polluant par bateau que par avion.
  • Dans certaines régions, les déplacements par voie d’eau permettent l’exploration scientifique mieux que tout autre moyen. Pensons au brise-glace Amundsen de l’océanographe Louis Fortier qui explore l’Arctique. Pensons aussi au Sedna IV du biologiste et cinéaste Jean Lemire qui a exploré l’Antarctique.
  • Les plus gros bateaux de croisière peuvent loger jusqu’à 6 300 passagers.
  • Dès la fin du 19e siècle, il existait un traversier (le SOLANO) pouvant transporter deux trains de 14 wagons ! Encore aujourd’hui, en Italie, un traversier transporte un train entier de passagers du continent vers l’ile de la Sicile.
  • Durant l’hiver, l’eau gelée nous permet de nous déplacer en ski de randonnée, en raquettes et en motoneige sur de magnifiques cours d’eau, dans les champs et en forêt. Sur le canal Rideau, à Ottawa, on peut patiner sur la plus grande patinoire du monde, longue de 7,8 km !
  • À certains endroits, comme à Oka – Hudson, le traversier a pendant plusieurs années été remplacé par un pont de glace durant l’hiver. Les automobilistes traversaient ainsi la large rivière des Outaouais comme s’il s’agissait d’un grand stationnement !

Saviez-vous que ...

… huit petits centimètres de glace froide suffisent pour supporter le poids d’une personne ? On dit bien « glace froide », alors attention aux glaces fondantes ! Avec une épaisseur de 90 cm, la glace peut supporter un poids de 110 tonnes ! Ainsi, en 1880, un chemin de fer sur glace fut construit entre Montréal et Longueuil. Il demeura en service chaque hiver jusqu’en 1883.

Activités

En collaboration avec